Ça y est, on emménage !

En ce début du mois d’octobre, les équipes de Forcola posent leurs valises au Remix, un espace de coworking parisien.

Le concept de coworking, directement venu des Etats-Unis, a connu une progression fulgurante ces dernières années : alors que seulement 15% des actifs y travaillaient occasionnellement en 2016, ils sont aujourd’hui plus de 30%(1).

Cette progression fait écho à plusieurs phénomènes. Les professionnels cherchent de plus en plus de flexibilité et d’indépendance dans leur travail, et sont chaque jour plus nombreux à se lancer en tant que freelance.

Néanmoins, le montant élevé des loyers et les lourdes démarches administratives à entreprendre découragent souvent les indépendants à s’installer dans leurs propres bureaux.

Dans ce contexte, les espaces de coworking apparaissent comme la réponse idéale à cette nouvelle demande. En effet, ils offrent une grande flexibilité aux indépendants, tout en leur permettant de réduire leurs charges.

Outre cela, il est toujours bon d’avoir un espace de travail distinct de son domicile. Cela permet de rompre avec le sentiment de solitude mais aussi de bien séparer sa vie personnelle de sa vie professionnelle.

Les espaces de coworking sont aussi connus pour être de formidables espaces de réseautage. Le regroupement d’indépendants de secteurs variés dans un même espace est une aubaine pour qui veut faire des rencontres, et ces espaces sont souvent connus pour faire naître de belles synergies entre les différents professionnels qui les fréquentent.

Le développement de ces espaces n’a rien d’une mode, et l’Etat l’a bien compris : en septembre 2018, le gouvernement annonçait vouloir créer 300 espaces de coworking d’ici à 2021, et mobilise pour cela une enveloppe de 110 millions d’euros.

Chez Forcola, nous sommes très heureux de nous installer dans un de ces espaces de travail innovants, et nous avons hâte de rencontrer nos coworkers. Et en plus, au Remix, on a du bon café chaud à volonté…

(1) Source : Gaëlle Ginibrière, « Les Millenials plébiscitent le coworking », Capital, 04/07/2018